VPN IPsec routé avec Linux et strongSwan

Vincent Bernat

La façon la plus courante d’établir un tunnel IPsec sous Linux est d’utiliser un démon IKE, comme celui du projet strongSwan. Voici un exemple minimal de configuration1 :

conn V2-1
  left        = 2001:db8:1::1
  leftsubnet  = 2001:db8:a1::/64
  right       = 2001:db8:2::1
  rightsubnet = 2001:db8:a2::/64
  authby      = psk
  auto        = route

La même configuration peut être utilisée des deux côtés. Chacun sait déterminer s’il est « left » ou « right ». Les terminaisons du tunnel sont 2001:db8:­1::1 et 2001:db8:­2::1. Les réseaux protégés sont 2001:db8:­a1::/64 et 2001:db8:­a2::/64. En utilisant cette configuration, strongSwan met en place les politiques de sécurité suivantes dans le noyau :

$ ip xfrm policy
src 2001:db8:a1::/64 dst 2001:db8:a2::/64
        dir out priority 399999 ptype main
        tmpl src 2001:db8:1::1 dst 2001:db8:2::1
                proto esp reqid 4 mode tunnel
src 2001:db8:a2::/64 dst 2001:db8:a1::/64
        dir fwd priority 399999 ptype main
        tmpl src 2001:db8:2::1 dst 2001:db8:1::1
                proto esp reqid 4 mode tunnel
src 2001:db8:a2::/64 dst 2001:db8:a1::/64
        dir in priority 399999 ptype main
        tmpl src 2001:db8:2::1 dst 2001:db8:1::1
                proto esp reqid 4 mode tunnel
[…]

Ce type de tunnel IPsec se base exclusivement sur ces politiques de sécurité pour décider de l’encapsulation des paquets (policy-based VPN). Chaque politique de sécurité est constituée des éléments suivants :

  • une direction (out, in ou fwd2),
  • un sélecteur (un ensemble de critères tels que réseaux source et destination, ports, …),
  • un mode (transport ou tunnel),
  • un protocole d’encapsulation (esp ou ah),
  • les adresses source et destination du tunnel.

Quand une politique de sécurité s’applique, le noyau recherche l’association de sécurité correspondante (en utilisant reqid et les adresses du tunnel) :

$ ip xfrm state
src 2001:db8:1::1 dst 2001:db8:2::1
        proto esp spi 0xc1890b6e reqid 4 mode tunnel
        replay-window 0 flag af-unspec
        auth-trunc hmac(sha256) 0x5b68[…]8ba2904 128
        enc cbc(aes) 0x8e0e377ad8fd91e8553648340ff0fa06
        anti-replay context: seq 0x0, oseq 0x0, bitmap 0x00000000
[…]

Si aucune association de sécurité n’est trouvée, le paquet est mis de côté et le démon IKE est prévenu pour en négocier une. Lorsqu’un paquet encapsulé est reçu, l’entête contient le SPI qui permet d’identifier l’association de sécurité à utiliser. Deux associations de sécurité sont nécessaires pour un tunnel bi-directionnel :

$ tcpdump -pni eth0 -c2 -s0 esp
13:07:30.871150 IP6 2001:db8:1::1 > 2001:db8:2::1: ESP(spi=0xc1890b6e,seq=0x222)
13:07:30.872297 IP6 2001:db8:2::1 > 2001:db8:1::1: ESP(spi=0xcf2426b6,seq=0x204)

Toutes les implémentation d’IPsec permettent de travailler avec des politiques de sécurité. Toutefois, certaines configurations sont ardues à mettre en place de cette façon. Par exemple, considérons l’architecture suivante pour des VPN redondants reliant trois sites :

VPN redondants entre 3 sites
Trois sites utilisant des tunnels IPsec redondants pour protéger leurs réseaux internes. L'AS 65001 emprunte certaines IP à des réseaux présents sur l'AS 65002.

Une configuration possible pour le tunnel entre V1-1 et V2-1 serait :

conn V1-1-to-V2-1
  left        = 2001:db8:1::1
  leftsubnet  = 2001:db8:a1::/64,2001:db8:a6::cc:1/128,2001:db8:a6::cc:5/128
  right       = 2001:db8:2::1
  rightsubnet = 2001:db8:a2::/64,2001:db8:a6::/64,2001:db8:a8::/64
  authby      = psk
  keyexchange = ikev2
  auto        = route

À chaque fois qu’un réseau est ajouté ou retiré d’un site, les configurations de tous les sites doivent être mises à jour. De plus, le chevauchement de certains réseaux (2001:db8:­a6::/64 d’un côté et 2001:db8:­a6::cc:1/128 de l’autre) pose quelques problèmes supplémentaires.

L’alernative est d’utiliser des tunnels routés : tout paquet traversant une pseudo-interface sera encapsulé en utilisant une politique de sécurité associée à l’interface. Cela résout principalement deux problèmes :

  1. Des démons de routage peuvent être utilisés pour distribuer les routes à protéger sur chaque site. Cela réduit grandement la quantité de configuration à gérer quand de nombreux réseaux sont présents.
  2. L’encapsulation et la décapsulation peut s’exécuter dans une instance de routage ou espace de noms différent. Cela permet de cloisonner efficacement le routage privé (où les utilisateurs du VPN se trouvent) du routage public (où les terminaisons VPN se trouvent).

VPN routé avec Juniper

Regardons d’abord comment un tel concept est mis en place sur une plateforme JunOS (comme le Juniper vSRX). Les tunnels routés sont une fonctionnalité qui existe depuis longtemps sur celle-ci (héritage des Netscreen ISG avec ScreenOS).

Nous allons configurer le tunnel entre V3-2 et V1-1. Tout d’abord, nous mettons en place l’interface tunnel. Elle est associée à l’instance de routage private qui ne contiendra que les routes internes (avec IPv4, elle ne contiendrait que des routes de type RFC 1918) :

interfaces {
    st0 {
        unit 1 {
            family inet6 {
                address 2001:db8:ff::7/127;
            }
        }
    }
}
routing-instances {
    private {
        instance-type virtual-router;
        interface st0.1;
    }
}

La seconde étape consiste à configurer le VPN :

security {
    /* Configuration de la phase 1 */
    ike {
        proposal IKE-P1 {
            authentication-method pre-shared-keys;
            dh-group group20;
            encryption-algorithm aes-256-gcm;
        }
        policy IKE-V1-1 {
            mode main;
            proposals IKE-P1;
            pre-shared-key ascii-text "d8bdRxaY22oH1j89Z2nATeYyrXfP9ga6xC5mi0RG1uc";
        }
        gateway GW-V1-1 {
            ike-policy IKE-V1-1;
            address 2001:db8:1::1;
            external-interface lo0.1;
            general-ikeid;
            version v2-only;
        }
    }
    /* Configuration de la phase 2 */
    ipsec {
        proposal ESP-P2 {
            protocol esp;
            encryption-algorithm aes-256-gcm;
        }
        policy IPSEC-V1-1 {
            perfect-forward-secrecy keys group20;
            proposals ESP-P2;
        }
        vpn VPN-V1-1 {
            bind-interface st0.1;
            df-bit copy;
            ike {
                gateway GW-V1-1;
                ipsec-policy IPSEC-V1-1;
            }
            establish-tunnels on-traffic;
        }
    }
}

Il s’agit d’un VPN routé car l’interface st0.1 est associée au VPN VPN-V1-1. Une fois le tunnel fonctionnel, tout paquet entrant dans st0.1 sera encapsulé et envoyé vers la terminaison 2001:db8:­1::1.

La dernière étape est de configurer BGP dans l’instance private pour échanger les routes avec le site distant :

routing-instances {
    private {
        routing-options {
            router-id 1.0.3.2;
            maximum-paths 16;
        }
        protocols {
            bgp {
                preference 140;
                log-updown;
                group v4-VPN {
                    type external;
                    local-as 65003;
                    hold-time 6;
                    neighbor 2001:db8:ff::6 peer-as 65001;
                    multipath;
                    export [ NEXT-HOP-SELF OUR-ROUTES NOTHING ];
                }
            }
        }
    }
}

Le filtre d’export OUR-ROUTES doit sélectionner les routes à publier aux autres sites. Par exemple :

policy-options {
    policy-statement OUR-ROUTES {
        term 10 {
            from {
                protocol ospf3;
                route-type internal;
            }
            then {
                metric 0;
                accept;
            }
        }
    }
}

La configuration pour les autres terminaisons est similaire. La version complète est disponible sur GitHub. Une fois les sessions BGP opérationnelles, les routes des autres sites sont apprises localement. Par exemple, voici la route pour 2001:db8:­a1::/64:

> show route 2001:db8:a1::/64 protocol bgp table private.inet6.0 best-path

private.inet6.0: 15 destinations, 19 routes (15 active, 0 holddown, 0 hidden)
+ = Active Route, - = Last Active, * = Both

2001:db8:a1::/64   *[BGP/140] 01:12:32, localpref 100, from 2001:db8:ff::6
                      AS path: 65001 I, validation-state: unverified
                      to 2001:db8:ff::6 via st0.1
                    > to 2001:db8:ff::14 via st0.2

Elle a été apprise de V1-1 (via st0.1) et V1-2 (via st0.2). Elle fait partie de l’instance de routage private mais les paquets encapsulés sont matérialisés dans l’instance de routage public. Il n’y a pas besoin d’échanger de routes entre ces deux instances pour que cela soit fonctionnel. L’étanchéité est donc assurée et le VPN ne peut pas servir de passerelle entre l’intérieur et l’extérieur. Il aurait été possible d’utiliser des règles de filtrage pour obtenir le même effet mais cette séparation simplifie le routage et évite qu’un problème de configuration se transforme en un désastre de sécurité.

VPN routé avec Linux

Depuis Linux 3.15, une configuration similaire est possible en utilisant les interfaces « VTI » (virtual tunnel interface)3. Tout d’abord, créons un espace de noms « privé » :

# ip netns add private
# ip netns exec private sysctl -qw net.ipv6.conf.all.forwarding=1

Les interfaces constituant le domaine « privé » doivent être déplacées dans ce nouvel espace de noms (aucune IP n’est configurée car nous utilisons les adresses locales au lien) :

# ip link set netns private dev eth1
# ip link set netns private dev eth2
# ip netns exec private ip link set up dev eth1
# ip netns exec private ip link set up dev eth2

Ensuite, nous créons l’interface tunnel vti6 (similaire à st0.1 dans l’exemple JunOS) :

# ip tunnel add vti6 \
   mode vti6 \
   local 2001:db8:1::1 \
   remote 2001:db8:3::2 \
   key 6
# ip link set netns private dev vti6
# ip netns exec private ip addr add 2001:db8:ff::6/127 dev vti6
# ip netns exec private sysctl -qw net.ipv4.conf.vti6.disable_policy=1
# ip netns exec private sysctl -qw net.ipv4.conf.vti6.disable_xfrm=1
# ip netns exec private ip link set vti6 mtu 1500
# ip netns exec private ip link set vti6 up

L’interface tunnel est créée dans l’espace de noms initial et déplacé dans celui « privé ». L’espace de noms d’origine est mémorisé par l’interface et sera utilisé pour recevoir et envoyer les paquets encapsulés. Tout paquet passant dans l’interface aura temporairement la marque 6 qui sera utilisée pour trouver la politique IPsec configurée par la suite4. Le noyau met en place un MTU assez faible pour tenir compte de toutes les protocoles et algorithmes possibles. Nous le rétablissons à 1500 et laissons le PMTUD jouer son rôle.

La configuration de strongSwan est la suivante5 :

conn V3-2
  left        = 2001:db8:1::1
  leftsubnet  = ::/0
  right       = 2001:db8:3::2
  rightsubnet = ::/0
  authby      = psk
  mark        = 6
  auto        = route
  keyexchange = ikev2
  keyingtries = %forever
  ike         = aes256gcm16-prfsha384-ecp384!
  esp         = aes256gcm16-prfsha384-ecp384!
  mobike      = no

Le démon IKE configure la politique de sécurité adéquate dans le noyau :

$ ip xfrm policy
src ::/0 dst ::/0
        dir out priority 399999 ptype main
        mark 0x6/0xffffffff
        tmpl src 2001:db8:1::1 dst 2001:db8:3::2
                proto esp reqid 1 mode tunnel
src ::/0 dst ::/0
        dir fwd priority 399999 ptype main
        mark 0x6/0xffffffff
        tmpl src 2001:db8:3::2 dst 2001:db8:1::1
                proto esp reqid 1 mode tunnel
src ::/0 dst ::/0
        dir in priority 399999 ptype main
        mark 0x6/0xffffffff
        tmpl src 2001:db8:3::2 dst 2001:db8:1::1
                proto esp reqid 1 mode tunnel
[…]

Cette politique s’applique quelle que soit la source et la destination tant que la marque de firewall est égale à 6, ce qui correspond à ce qui est configuré au niveau de l’interface tunnel.

La dernière étape est de configurer BGP pour l’échange des routes. Nous utilisons BIRD à cet effet :

router id 1.0.1.1;
protocol device {
   scan time 10;
}
protocol kernel {
   persist;
   learn;
   import all;
   export all;
   merge paths yes;
}
protocol bgp IBGP_V3_2 {
   local 2001:db8:ff::6 as 65001;
   neighbor 2001:db8:ff::7 as 65003;
   import all;
   export where ifname ~ "eth*";
   preference 160;
   hold time 6;
}

Une fois que BIRD a démarré dans l’espace de noms « privé », les routes distantes sont apprises :

$ ip netns exec private ip -6 route show 2001:db8:a3::/64
2001:db8:a3::/64 proto bird metric 1024
        nexthop via 2001:db8:ff::5  dev vti5 weight 1
        nexthop via 2001:db8:ff::7  dev vti6 weight 1

Cette route a été apprise depuis V3-1 (à travers vti5) et V3-2 (à travers vti6). Comme avec JunOS, nous n’avons copié aucune route entre les espaces de noms. Ceux-ci sont isolés. Ainsi, le VPN ne peut pas servir de passerelle entre les deux domaines. Cela nous assure qu’un problème de configuration (par exemple, démon IKE qui ne démarre pas) n’entraînera pas une fuite accidentelle des paquets internes.

En bonus, le trafic en clair est observable avec tcpdump sur l’interface tunnel :

$ ip netns exec private tcpdump -pni vti6 icmp6
tcpdump: verbose output suppressed, use -v or -vv for full protocol decode
listening on vti6, link-type LINUX_SLL (Linux cooked), capture size 262144 bytes
20:51:15.258708 IP6 2001:db8:a1::1 > 2001:db8:a3::1: ICMP6, echo request, seq 69
20:51:15.260874 IP6 2001:db8:a3::1 > 2001:db8:a1::1: ICMP6, echo reply, seq 69

La configuration complète est disponible sur GitHub. La documentation de strongSwan contient aussi une page dédiée aux VPN routés.


  1. Libreswan est une alternative qui devrait fonctionner de manière identique pour les besoins de cet article. 

  2. fwd est utilisé pour les paquets arrivant pour une adresse non locale. Cela ne fait de sens qu’en mode transport et il s’agit d’un concept propre à Linux. 

  3. Les interfaces VTI ont été introduites dans Linux 3.6 (pour IPv4) et Linux 3.12 (pour IPv6). La possibilité de les changer d’espace de noms est disponible depuis Linux 3.15. 

  4. La marque est mise en place juste le temps de regarder la politique de sécurité à appliquer. Elle n’affecte donc pas les autres usages possibles (filtrage, routage). Netfilter peut également placer une marque et il convient donc de s’assurer qu’il n’y a pas de conflit possible. 

  5. Les algorithmes de chiffrement utilisés sont les plus robustes compatibles avec JunOS. La documentation de strongSwan contient une liste complète des algorithmes disponibles ainsi que des recommendations concernant la sécurité


Partager cet article