Souvent, les règles d’un pare-feu sont mises en place à l’aide d’un script faisant appel aux commandes iptables et ip6tables. Cela permet notamment d’utiliser des variables et des boucles. Il y a cependant trois inconvénients majeurs à cette méthode :

  1. Pendant toute la durée du script, le pare-feu est temporairement incomplet : les nouvelles connexions peuvent ne pas être autorisées à s’établir ou, inversement, le pare-feu peut autoriser des flux qui ne devraient pas l’être. Les règles de NAT nécessaires au bon fonctionnement du routeur peuvent également être absentes.

  2. Si une erreur survient, le pare-feu reste dans un état intermédiaire. Il est alors nécessaire de s’assurer que les règles autorisant l’accès à distance soient placées très tôt pour garder la main. Un système de retour automatique à la précédente version est également nécessaire pour corriger la situation rapidement.

  3. Construire de nombreuses règles peut être très lent. Chaque appel à ip{,6}tables va rapatrier l’ensemble des règles du noyau, ajouter la règle voulue et renvoyer le tout au noyau.

Avec iptables-restore§

Une façon classique de résoudre ces trois aspects et de construire un fichier de règles qui sera lu par iptables-restore et ip6tables-restore1. Ces outils envoient en une seule passe les règles au noyau qui les applique de manière atomique. Habituellement, un tel fichier est construit par ip{,6}tables-save mais un script peut également faire l’affaire.

MISE À JOUR : ferm, un outil pour maintenir un pare-feu, constitue une solution alternative à cette approche.

La syntaxe comprise par ip{,6}tables-restore est similaire à celle de ip{,6}tables. Cependant, chaque table dispose de son propre bloc et les chaînes doivent être déclarées différemment. Voyons un exemple :

$ iptables -P FORWARD DROP
$ iptables -t nat -A POSTROUTING -s 192.168.0.0/24 -j MASQUERADE
$ iptables -N SSH
$ iptables -A SSH -p tcp --dport ssh -j ACCEPT
$ iptables -A INPUT -i lo -j ACCEPT
$ iptables -A OUTPUT -o lo -j ACCEPT
$ iptables -A FORWARD -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
$ iptables -A FORWARD -j SSH
$ iptables-save
*nat
:PREROUTING ACCEPT [0:0]
:INPUT ACCEPT [0:0]
:OUTPUT ACCEPT [0:0]
:POSTROUTING ACCEPT [0:0]
-A POSTROUTING -s 192.168.0.0/24 -j MASQUERADE
COMMIT

*filter
:INPUT ACCEPT [0:0]
:FORWARD DROP [0:0]
:OUTPUT ACCEPT [0:0]
:SSH - [0:0]
-A INPUT -i lo -j ACCEPT
-A FORWARD -m state --state RELATED,ESTABLISHED -j ACCEPT
-A FORWARD -j SSH
-A OUTPUT -o lo -j ACCEPT
-A SSH -p tcp -m tcp --dport 22 -j ACCEPT
COMMIT

La table nat et la table filter disposent chacune de leur bloc. La chaîne SSH est déclarée en haut du bloc de la table filter avec les autres chaînes par défaut.

Voici un script qui détourne les commandes ip{,6}tables afin de construire un tel fichier (en s’appuyant massivement sur Zsh2) :

#!/bin/zsh
set -e

work=$(mktemp -d)
trap "rm -rf $work" EXIT

# ➊ Redefine ip{,6}tables
iptables() {
    # Intercept -t
    local table="filter"
    [[ -n ${@[(r)-t]} ]] && {
        # Which table?
        local index=${(k)@[(r)-t]}
        table=${@[(( index + 1 ))]}
        argv=( $argv[1,(( $index - 1 ))] $argv[(( $index + 2 )),$#] )
    }
    [[ -n ${@[(r)-N]} ]] && {
        # New user chain
        local index=${(k)@[(r)-N]}
        local chain=${@[(( index + 1 ))]}
        print ":${chain} -" >> ${work}/${0}-${table}-userchains
        return
    }
    [[ -n ${@[(r)-P]} ]] && {
        # Policy for a builtin chain
        local index=${(k)@[(r)-P]}
        local chain=${@[(( index + 1 ))]}
        local policy=${@[(( index + 2 ))]}
        print ":${chain} ${policy}" >> ${work}/${0}-${table}-policy
        return
    }
    # iptables-restore only handle double quotes
    echo ${${(q-)@}//\'/\"} >> ${work}/${0}-${table}-rules #'
}
functions[ip6tables]=${functions[iptables]}

# ➋ Build the final ruleset that can be parsed by ip{,6}tables-restore
save() {
    for table (${work}/${1}-*-rules(:t:s/-rules//)) {
        print "*${${table}#${1}-}"
        [ ! -f ${work}/${table}-policy ] || cat ${work}/${table}-policy
        [ ! -f ${work}/${table}-userchains || cat ${work}/${table}-userchains
        cat ${work}/${table}-rules
        print "COMMIT"
    }
}

# ➌ Execute rule files
for rule in $(run-parts --list --regex '^[.a-zA-Z0-9_-]+$' ${0%/*}/rules); do
    . $rule
done

# ➍ Execute rule files
ret=0
save iptables  | iptables-restore  || ret=$?
save ip6tables | ip6tables-restore || ret=$?
exit $ret

En ➊, une nouvelle fonction iptables() est définie et masque la commande du même nom. Elle tente de localiser le paramètre -t pour savoir quelle table est concernée par la règle. Si le paramètre est présent, la table est mémorisée dans la variable $iptables et le paramètre est retiré de la liste des arguments. La défintion d’une nouvelle chaîne avec -N ou la mise en place d’une politique par défaut avec -P sont également gérés.

En ➋, la fonction save() va émettre les règles qui seront lues par ip{,6}tables-restore. En ➌, les règles de l’utilisateur sont exécutées. Chaque commande ip{,6}tables appelle en réalité la fonction précédemment définie. Si aucune erreur n’est survenue, en ➍, les commandes ip{,6}tables-restore sont invoquées.

Cette méthode est parfaitement fonctionnelle3. Toutefois, la méthode suivante est bien plus élégante.

Avec un espace de nommage§

Une approche hybride est de construire les règles avec ip{,6}tables dans un espace de nommage réseau (network namespace) puis de les sauver avec ip{,6}tables-save et enfin de les appliquer dans l’espace de nommage principal avec ip{,6}tables-restore.

#!/bin/zsh
set -e

alias main='/bin/true ||'
[ -n $iptables ] || {
    # ➊ Execute ourself in a dedicated network namespace
    iptables=1 unshare --net -- \
        $0 4> >(iptables-restore) 6> >(ip6tables-restore)
    # ➋ In main namespace, disable iptables/ip6tables commands
    alias iptables=/bin/true
    alias ip6tables=/bin/true
    alias main='/bin/false ||'
}

# ➌ In both namespaces, execute rule files
for rule in $(run-parts --list --regex '^[.a-zA-Z0-9_-]+$' ${0%/*}/rules); do
    . $rule
done

# ➍ In test namespace, save the rules
[ -z $iptables ] || {
    iptables-save >&4
    ip6tables-save >&6
}

En ➊, le script est réexécuté dans un nouvel espace de nommage réseau. Celui-ci dispose de ces propres règles de pare-feu qui peuvent être modifiées sans altérer celles de l’espace de nommage principal. La variable $ipatbles est utilisée pour déterminer quel est l’espace de nommage courant. Dans le nouvel espace de nommage, les fichiers de règles sont exécutés (➌). Ceux-ci contiennent l’appel aux commandes ip{,6}tables. Si une erreur survient, nous n’allons pas plus loin grâce à l’utilisation de set -e. Sinon, en ➍, les règles sont sauvegardées avec ip{,6}tables-save et envoyées dans l’espace de nommage principal en utilisant les descripteurs de fichier dédiés à cet effet.

L’exécution dans l’espace de nommage principal continue en ➊. Les résultats de ip{,6}tables-save sont envoyées à ip{,6}tables-restore. À ce point, le pare-feu est presque fonctionnel. Les fichiers de règles sont toutefois rejoués (➌) mais les commandes ip{,6}tables sont neutralisées (➋) de façon à ce que les éventuelles autres commandes, comme par exemple l’activation du routage IP, soient exécutées.

Le nouvel espace de nommage ne dispose pas du même environnement que l’espace de nommage principal. Notamment, il ne contient pas d’interfaces réseau. Il n’est donc pas possible de consulter ou de configurer des adresses IP. Lorsque des commandes ne peuvent être exécutées que dans l’espace de nommage principal, il est nécessaire de les préfixer par main :

main ip addr add 192.168.15.1/24 dev lan-guest

Jetez un coup d’œil à un exemple complet sur GitHub.


  1. iptables-apply est un autre outil pratique. Il applique un fichier de règles et revient automatiquement en arrière si l’utilisateur ne confirme pas le changement dans un laps de temps donné. 

  2. Zsh contient des primitives assez puissantes pour manipuler les tableaux. De plus, il ne nécessite pas d’utiliser les guillemets autour de chaque variable pour éviter leur découpage lorsqu’elles contiennent des espaces. Cela rend le script bien plus robuste. 

  3. S’il fallait pinailler, il y a trois petits problèmes. Primo, lorsqu’une erreur survient, il peut être difficile de savoir quelle partie du script l’a provoquée car on ne dispose que de la ligne dans le fichier de règles qui a été généré. Deuzio, une table peut être utilisée avant d’être définie ce qui peut faire passer inaperçu certaines erreurs dues à un copier/coller. Tertio, l’application de la partie IPv4 peut réussir alors que la partie IPv6 a échoué ou vice-versa. Ces problèmes n’existent pas avec la deuxième méthode.