Depuis plusieurs mois, mon portable, un Asus S5N, présentait de nombreuses faiblesses, dont notamment de nombreux problèmes avec Xorg liés à l’ancienneté du chipset graphique i855GME. Ce dernier supportait mal les diverses évolutions technologiques liées à Xorg, notamment l’utilisation de GEM et de KMS. Celles-ci révélaient de nombreux bugs dans le chipset.

Mon usage pour un portable étant plutôt limité, je n’ai pas tenté d’investir dans un portable plus récent jusqu’à croiser une promotion sur les Thinkpad Edge de la part de Lenovo. Me voilà donc propriétaire d’un Thinkpad Edge 11”.

Matériel§

Le Thinkpad Edge représente le bas de gamme de la série Thinkpad chez Lenovo. Il est courant de l’obtenir pour 500 € environ.

Caractéristiques techniques§

En France, Lenovo ne vend pas directement ses portables et il n’est alors pas possible de les configurer à sa guise. On doit donc choisir parmi les quelques modèles disponibles. Cela contraste fortement avec ce que pouvait proposer IBM.

Voici les principales caractéristiques de celui que j’ai acquis :

  • un CPU Intel Core i3 380UM cadencé à 1,33 GHz.
  • écran 11.6” à LED, résolution de 1366x768
  • 4 Go de RAM
  • 320 Go de disque dur
  • Wifi (Centrino Wireless-N) et bluetooth
  • Carte 3G

C’est un petit portable mais son poids n’est pas négligeable (1,5 kg). Il n’est livré qu’avec son alimentation. Asus avait fourni avec mon ancien portable une souris sans fil, une housse, une sacoche, une clef USB, un graveur de CD et sans doute d’autres choses. Ici, le portable et l’alimentation. C’est tout.

D’un côté, deux ports USB, de l’autre côté, un port USB, un port HDMI, le port réseau et une prisque casque. Une prise VGA se trouve à l’arrière, tout comme le connecteur d’alimentation.

BIOS§

Première étape au niveau du BIOS, vérifier les réglages principaux. Ce dernier propose de désactiver tous les périphériques superflus (WiMAX par exemple). Le clavier peut également se configurer pour que les touches de fonction soient accessibles directement sans utiliser la touche « Fn ».

Notons une option nommée Computrace qui semble liée au produit du même nom de la société AbsoluteSoftware. Il s’agirait de tracer le portable où qu’il soit. Je désactive cette fonctionnalité.

Installation de Debian§

Je décide d’installer Debian depuis une clef USB (il n’y a pas de lecteur de CD de toute façon). La manipulation est relativement simple. Il suffit de récupérer l’image ISO que l’on souhaite installer (dans mon cas, celle pour AMD64 en testing car je compte mettre à jour en unstable ensuite) et de la copier sur la clef USB ainsi :

# dd if=debian-testing-amd64-netinst.iso of=/dev/sdb

La méthode consistant à rendre la clef USB bootable, y installer un noyau et un initrd n’est plus d’actualité.

Je m’évite d’ailleurs sans doute quelques ennuis en utilisant ainsi la version de développement de Debian vu qu’il semble que la carte réseau ne soit pas reconnue correctement avec le 2.6.32 de Squeeze. Un problème de moins à gérer.

Lors de l’installation, j’opte pour un partitionnement guidé utilisant LVM et le chiffrement. Je choisis de séparer toutes les partitions car je trouve cela très pratique que /tmp et /var ne viennent pas se marcher dessus. Toutefois, j’ai noté à de nombreuses reprises que dédier une partition pour /usr posait de plus en plus de problèmes et que de nombreux dévelopeurs souhaitaient la disparition de cette pratique. Je modifie donc le partitionnement proposé pour intégrer /usr dans la racine et laisser de la place libre sur le LVM pour des usages futurs.

L’installeur Debian n’est d’ailleurs pas d’une brillante simplicité pour modifier le partionnement puisqu’il faut détruire les volumes existants pour les recréer si on veut en changer simplement les tailles. Il est toutefois toujours plus rapide d’effectuer cette opération que de coder le correctif qui permettrait de l’accélérer.

Je n’aime n’avoir que le strict minimum. Je me passe donc de tasksel au cours de l’installation pour installer moi-même le reste de l’environnement à coup de aptitude. Le reste de l’installation se déroule sans problème.

Le système reboote sur un 2.6.38, me demande le mot de passe pour le déchiffrement du LVM et me présente ensuite le prompt de login en mode texte.

Configuration du système§

À première vue, le matériel semble bien supporté. Il n’y a donc pas d’incatations mystérieuses à lancer avant d’obtenir le support du sous-système disque ou du réseau. Je peux donc commencer par mettre en place mon environnement de travail habituel.

Mise en place de l’environnement§

Je configure généralement mon système au fil de l’eau. La configuration de base est donc très rapide. Je commence par changer /etc/apt/sources.list pour utiliser unstable :

deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ unstable main
deb-src http://ftp.fr.debian.org/debian/ unstable main
deb http://ftp.fr.debian.org/debian/ experimental main contrib non-free

Je veux ensuite que si je prends quelque chose dans experimental, les mises à jour soient effectuées également dans experimental. Cela évite d’avoir à se retrouver avec une vieille version de Firefox. Pour réaliser ceci, il suffit de créer un fichier /etc/apt/preferences.d/experimental :

Package: *
Pin: release experimental
Pin-Priority: 101

J’installe ensuite les paquets suivants :

  • zsh, mon shell de prédilection pour lequel je reprends la config sur un autre système. Il faudra sans doute que je mette ça un jour sur GitHub.
  • mg, mon éditeur léger pour éditer sous root les fichiers de configuration. Je n’aime pas vi que j’utilise en dernier recours. J’ai longtemps utilisé jed mais la configuration par défaut est plutôt casse-pied à couper les lignes et il manque pas mal de bindings emacs.
  • emacs, mon environnement de travail. Je l’utilise comme éditeur de texte et lecteur de mail (avec Gnus). Je ne navigue pas avec et je ne lui confie pas mes shells. J’ai aussi des fichiers de configuration tout fait. Pareil, faudra que je trie un peu un jour.
  • fvwm, mon environnement graphique depuis pas mal de temps. Je copie aussi la configuration depuis une autre machine. Cela mériterait sans doute d’attérir sur GitHub. J’ai également besoin de fvwm-crystal vu que ma configuration de FVWM dérive de cette personnalisation. J’utilise également conky.
  • rxvt-unicode, mon terminal. Il supporte la transparence (en émulation ou par compositing). Il est léger, rapide, on peut facilement rechercher dans le backbuffer. Il a un système client serveur qui fait que s’il crashe, on perd toutes les fenêtres d’un coup. Cela n’arrive quasiment jamais.
  • unison, l’outil que j’utilise pour synchroniser mes différentes machines. En gros, je dois pouvoir travailler sur le portable comme je travaille sur mon fixe. Unison est un outil formidable pour ça.
  • sudo car je ne me loggue quasiment jamais en root.
  • gdm3 comme programme d’accueil, c’est en effet le seul à savoir communiquer correctement avec ConsoleKit et donc configurer correctement les droits, y compris quand on passe d’une console à l’autre.

À noter également que je ne compile plus mon noyau depuis un petit bout de temps. Les noyaux fournis par Debian me conviennent parfaitement et la passion de recompiler mon noyau avant de brancher un périphérique USB m’est passée.

J’enlève ensuite les paquets rpcbind et nfs-common qui ne me sont d’aucune utilité. Je mets de plus en place un firewall basique avec le paquet ferm. Voici mon ferm.conf :

domain (ip ip6) {
  table filter {
chain INPUT {
    policy DROP;
    mod state state INVALID DROP;
    mod state state (ESTABLISHED RELATED) ACCEPT;
    interface lo ACCEPT;
    proto tcp dport ssh ACCEPT;
}   
chain OUTPUT {
    policy ACCEPT;
    mod state state (ESTABLISHED RELATED) ACCEPT;
}   
chain FORWARD {
    policy DROP;
}   
  }  
}

Une fois les paquets installés, je configure unison pour effectuer la synchronisation. Le gros de la configuration est alors fini.

Configuration des différents éléments matériels§

Viens ensuite la partie assez pénible sur les portables récents : configurer l’ensemble des périphériques pour que tout fonctionne (y compris la webcam que l’on n’utilisera plus jamais ensuite). Un coup de lspci et de lsusb plus tard et on se rend compte que les éléments les plus importants vont fonctionner sans trop de problèmes.

En ce qui concerne lspci :

00:00.0 Host bridge: Intel Corporation Core Processor DRAM Controller (rev 02)
00:02.0 VGA compatible controller: Intel Corporation Core Processor Integrated Graphics Controller (rev 02)
00:16.0 Communication controller: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset HECI Controller (rev 06)
00:1a.0 USB Controller: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset USB2 Enhanced Host Controller (rev 06)
00:1b.0 Audio device: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset High Definition Audio (rev 06)
00:1c.0 PCI bridge: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset PCI Express Root Port 1 (rev 06)
00:1c.1 PCI bridge: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset PCI Express Root Port 2 (rev 06)
00:1c.5 PCI bridge: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset PCI Express Root Port 6 (rev 06)
00:1d.0 USB Controller: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset USB2 Enhanced Host Controller (rev 06)
00:1e.0 PCI bridge: Intel Corporation 82801 Mobile PCI Bridge (rev a6)
00:1f.0 ISA bridge: Intel Corporation Mobile 5 Series Chipset LPC Interface Controller (rev 06)
00:1f.2 SATA controller: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset 4 port SATA AHCI Controller (rev 06)
00:1f.3 SMBus: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset SMBus Controller (rev 06)
00:1f.6 Signal processing controller: Intel Corporation 5 Series/3400 Series Chipset Thermal Subsystem (rev 06)
03:00.0 Network controller: Intel Corporation Centrino Wireless-N 1000
09:00.0 Ethernet controller: Realtek Semiconductor Co., Ltd. RTL8111/8168B PCI Express Gigabit Ethernet controller (rev 03)
ff:00.0 Host bridge: Intel Corporation Core Processor QuickPath Architecture Generic Non-core Registers (rev 02)
ff:00.1 Host bridge: Intel Corporation Core Processor QuickPath Architecture System Address Decoder (rev 02)
ff:02.0 Host bridge: Intel Corporation Core Processor QPI Link 0 (rev 02)
ff:02.1 Host bridge: Intel Corporation Core Processor QPI Physical 0 (rev 02)
ff:02.2 Host bridge: Intel Corporation Core Processor Reserved (rev 02)
ff:02.3 Host bridge: Intel Corporation Core Processor Reserved (rev 02)

Et pour lsusb (à noter que j’ai désactivé la carte 3G qui n’apparaît donc pas ici) :

Bus 001 Device 001: ID 1d6b:0002 Linux Foundation 2.0 root hub
Bus 002 Device 001: ID 1d6b:0002 Linux Foundation 2.0 root hub
Bus 001 Device 002: ID 8087:0020 Intel Corp. Integrated Rate Matching Hub
Bus 002 Device 002: ID 8087:0020 Intel Corp. Integrated Rate Matching Hub
Bus 001 Device 003: ID 0bda:0158 Realtek Semiconductor Corp. USB 2.0 multicard reader
Bus 001 Device 004: ID 0a5c:217f Broadcom Corp. Bluetooth Controller
Bus 002 Device 003: ID 5986:01a7 Acer, Inc Lenovo Integrated Webcam

On prendra également sous le coude la page dédiée au Thinkpad Edge 11” sur ThinkWiki (ce wiki est un des gros avantages à acheter un ThinkPad, même si la multiplication des modèles par Lenovo dilue un peu l’information).

Le noyau fourni par Debian charge ainsi nombre de modules par défaut. Certains d’entre eux aideront à différents moments de la configuration, notammant thinkpad_acpi.

À noter que je n’utilise pas un environnement de bureau type Gnome et que je fais donc appel aux outils en ligne de commande pour configurer la majeure partie des éléments. Je place les commandes adéquates dans mon .xsession quand la configuration est liée au serveur X. Il existe la plupart du temps un équivalent graphique des commandes en question.

Mise à jour du BIOS§

lshw m’indique que mon BIOS est version 1.09 datée de février 2011. Il semble donc inutile de mettre à jour le BIOS. Lenovo fournit des images ISO que l’on peut booter avec GRUB en utilisant un loader intermédiaire fourni par syslinux. ThinkWiki fournit la procédure à suivre. L’image memdisk demandée est dans le paquet syslinux.

Carte graphique§

La carte graphique est intégrée directement dans le processeur. Comme Intel a pour habitude de contribuer à Xorg sauf pour quelques épisodes malheureux, le support est généralement assez bon à condition d’avoir un Xorg assez récent. ThinkWiki nous indique :

A very recent Linux distribution with kernel 2.6.33 and Intel Xorg driver 2.11 or newer is recommended. Note that XVideo (Xv) playback at certain frame sizes does not work properly unless you have at least version 2.12 of the Intel Xorg driver.

Sous Debian Wheezy, on est déjà à la version 2.15 et il n’y a donc aucune difficulté à faire fonctionner le serveur X. La présence du paquet xserver-xorg-video-intel et l’absence du fichier /etc/X11/xorg.conf conduit directement à un serveur X fonctionnel.

Concernant les sorties VGA et HDMI, là encore, aucuns soucis, tout est reconnu directement par xrandr :

Screen 0: minimum 320 x 200, current 1366 x 768, maximum 8192 x 8192
LVDS1 connected 1366x768+0+0 (normal left inverted right x axis y axis) 256mm x 144mm
   1366x768       60.0*+   50.0  
   1360x768       59.8     60.0  
   1024x768       60.0  
   800x600        60.3     56.2  
   640x480        59.9  
VGA1 disconnected (normal left inverted right x axis y axis)
HDMI1 disconnected (normal left inverted right x axis y axis)
DP1 disconnected (normal left inverted right x axis y axis)

Le compositing est parfaitement supporté (je n’utilise que la transparence, je ne sais donc pas quelle est la vitesse de l’ensemble sur un bureau plus moderne que le mien).

Enfin, en ce qui concerne l’accélération vidéo, l’extension XVideo est supportée ainsi que le décodage matériel, comme l’atteste vainfo une fois le paquet i965-va-driver installé.

libva: libva version 0.32.0
libva: va_getDriverName() returns 0
libva: Trying to open /usr/lib/dri/i965_drv_video.so
libva: va_openDriver() returns 0
vainfo: VA API version: 0.32
vainfo: Driver version: i965 Driver 0.1
vainfo: Supported profile and entrypoints
  VAProfileMPEG2Simple            : VAEntrypointVLD
  VAProfileMPEG2Main              : VAEntrypointVLD
  VAProfileH264Baseline           : VAEntrypointVLD
  VAProfileH264Main               : VAEntrypointVLD
  VAProfileH264High               : VAEntrypointVLD

Sous Debian, on peut utiliser VLC pour tester. Il faut activer l’accélération matérielle en mettant ffmpeg-hw=1 dans ~/.config/vlc/vlcrc. On est alors salué par :

[0x2629040] avcodec decoder: Using VA API version 0.32 for hardware decoding.

Réseau§

La carte réseau fonctionne sans manipulation particulière. Elle ne semble pas nécessiter de firmware du tout. ThinkWiki indique que la carte réseau a des problèmes de stabilité en 2.6.36. Je n’ai pas rencontré de problème avec le 2.6.37 utilisé par l’installeur Debian et rien non plus avec le 2.6.38 qui tourne actuellement. Je suppose donc qu’il s’agit d’un problème qui n’est plus d’actualité.

UltraNav§

L’UltraNav est la combinaison du trackpad (que l’on retrouve sur de nombreux portables) et du trackpoint qui est généralement un périphérique propre aux portables IBM et qui se présente sous la forme d’un ergot que l’on pilote par pression du doigt.

La configuration d’un périphérique de pointage se fait désormais avec l’utilitaire xinput (ou avec un équivalent graphique). Voici la sortie de xinput list :

⎡ Virtual core pointer                      id=2    [master pointer  (3)]
⎜   ↳ Virtual core XTEST pointer                id=4    [slave  pointer  (2)]
⎜   ↳ SynPS/2 Synaptics TouchPad                id=11   [slave  pointer  (2)]
⎜   ↳ TPPS/2 IBM TrackPoint                     id=12   [slave  pointer  (2)]
⎣ Virtual core keyboard                     id=3    [master keyboard (2)]
↳ Virtual core XTEST keyboard               id=5    [slave  keyboard (3)]
↳ Power Button                              id=6    [slave  keyboard (3)]
↳ Video Bus                                 id=7    [slave  keyboard (3)]
↳ Power Button                              id=8    [slave  keyboard (3)]
↳ Integrated Camera                         id=9    [slave  keyboard (3)]
↳ AT Translated Set 2 keyboard              id=10   [slave  keyboard (3)]
↳ ThinkPad Extra Buttons                    id=13   [slave  keyboard (3)]

On y trouve donc le touchpad et le trackpoint. On peut ensuite utiliser la commande xinput list-props pour obtenir des infos sur chacun des périphériques ainsi découverts. On utilise ensuite xinput set-prop pour modifier celles qui nous intéressent. Je veux par exemple activer le scrolling en utilisant les côtés et activer la détection de la paume :

$ xinput set-int-prop "SynPS/2 Synaptics TouchPad" 'Synaptics Edge Scrolling' 8 1 1 0
$ xinput set-int-prop "SynPS/2 Synaptics TouchPad" 'Synaptics Palm Detection' 8 1

Ou alors, si on ne veut pas de touchpad du tout :

$ xinput set-int-prop "SynPS/2 Synaptics TouchPad" 'Synaptics Off' 8 1

Les explications sur les différents paramètres possibles, ainsi que leurs types et leurs formats sont décrits dans man 4 synaptics. Le principe est le même pour le trackpoint mais on regardera man 4 evdev pour avoir plus de renseignements. Par exemple, pour activer le scrolling en utilisant le bouton du milieu, on peut faire :

$ xinput set-int-prop "TPPS/2 IBM TrackPoint" "Evdev Wheel Emulation" 8 1
$ xinput set-int-prop "TPPS/2 IBM TrackPoint" "Evdev Wheel Emulation Button" 8 2

On place tout ceci dans son ~/.xsession.

Touches spéciales du clavier§

Les touches situées en haut du clavier et s’activant à l’aide de la touche Fn permettent d’accéder rapidement à certaines fonctionnalités :

  • ajustement du volume sonore
  • ajustement de la luminosité de l’écran
  • activation de la caméra ou de l’écran externe
  • activation du wifi
  • touches multimédia

Tous les systèmes de touches ont été uniformisés au niveau du noyau. La commande xinput list donne une liste de claviers. Chaque touche va arriver sur l’un de ces claviers. Ainsi, les touches de volume et les touche multimédia arrivent directement sur le clavier physique. L’activation du wifi, de la webcam et de l’écran externe arrivent sur un clavier virtuel ThinkPad Extra Buttons. Les touches de luminosités arrivent sur le clavier Video bus. Tout ceci peut se vérifier avec l’utilitaire evtest.

Le démon acpid écoute sur tous les « claviers » pour obtenir les évènements correspondant. C’est ainsi que la touche pour le wifi déclenche le script ibm-wireless.sh de la part de acpid.

Le serveur X écoute également tous ces claviers et peut donc fournir aux applications les évènements associés. Tout fonctionne donc tout seul.

Carte son§

Comme pour la carte réseau, la carte son est reconnue et fonctionnelle directement.

J’utilise PulseAudio notamment car il permet de configurer les volumes application par application mais également parce qu’il permet de passer une application d’une carte son à une autre (par exemple vers une oreillette Bluetooth). Je place donc dans mon ~/.asoundrc les lignes suivantes :

pcm.!default {
  type pulse
}

ctl.!default {
  type pulse
}

Cela permet de rendre compatible la plupart des applications avec PulseAudio. J’utilise ensuite pavucontrol comme mixer. Tout semble fonctionner. Il est possible de choisir simplement la sortie HDMI au cas où on branche le PC sur une télévision.

Wifi§

Un firmware est nécessaire pour faire fonctionner la carte wifi. Celui-ci est contenu dans le paquet firmware-iwlwifi. On peut ensuite charger le driver iwlagn. La commande rfkill list nous indique si le wifi est bien activé.

La commande iw list nous donnera l’état de la carte wifi :

Wiphy phy0
Band 1:
    Capabilities: 0x872
        HT20/HT40
        Static SM Power Save
        RX Greenfield
        RX HT20 SGI
        RX HT40 SGI
        No RX STBC
        Max AMSDU length: 3839 bytes
        No DSSS/CCK HT40
    Maximum RX AMPDU length 65535 bytes (exponent: 0x003)
    Minimum RX AMPDU time spacing: 4 usec (0x05)
    HT RX MCS rate indexes supported: 0-15, 32
    TX unequal modulation not supported
    HT TX Max spatial streams: 1
    HT TX MCS rate indexes supported may differ
    Frequencies:
        * 2412 MHz [1] (14.0 dBm)
        * 2417 MHz [2] (14.0 dBm)
        * 2422 MHz [3] (14.0 dBm)
        * 2427 MHz [4] (14.0 dBm)
        * 2432 MHz [5] (14.0 dBm)
        * 2437 MHz [6] (14.0 dBm)
        * 2442 MHz [7] (14.0 dBm)
        * 2447 MHz [8] (14.0 dBm)
        * 2452 MHz [9] (14.0 dBm)
        * 2457 MHz [10] (14.0 dBm)
        * 2462 MHz [11] (14.0 dBm)
        * 2467 MHz [12] (14.0 dBm) (passive scanning, no IBSS)
        * 2472 MHz [13] (14.0 dBm) (passive scanning, no IBSS)
    Bitrates (non-HT):
        * 1.0 Mbps
        * 2.0 Mbps (short preamble supported)
        * 5.5 Mbps (short preamble supported)
        * 11.0 Mbps (short preamble supported)
        * 6.0 Mbps
        * 9.0 Mbps
        * 12.0 Mbps
        * 18.0 Mbps
        * 24.0 Mbps
        * 36.0 Mbps
        * 48.0 Mbps
        * 54.0 Mbps
max # scan SSIDs: 20
Supported interface modes:
     * IBSS
     * managed
     * monitor

Dans mon cas, tous les canaux 802.11a ont été désactivés.

iwlagn 0000:03:00.0: Detected Intel(R) Centrino(R) Wireless-N 1000 BGN, REV=0x6C
iwlagn 0000:03:00.0: device EEPROM VER=0x15d, CALIB=0x6
iwlagn 0000:03:00.0: Device SKU: 0X9
iwlagn 0000:03:00.0: Valid Tx ant: 0X1, Valid Rx ant: 0X3
iwlagn 0000:03:00.0: Tunable channels: 13 802.11bg, 0 802.11a channels
iwlagn 0000:03:00.0: irq 44 for MSI/MSI-X
iwlagn 0000:03:00.0: loaded firmware version 128.50.3.1 build 13488

Cela doit sans doute pouvoir se régler quelque part mais étant donné que je n’ai jamais eu l’usage du 802.11a, je ne cherche pas plus loin.

Pour tout ce qui est wifi, j’utiliser Network Manager. Il me semble que c’est beaucoup plus simple que de s’amuser en ligne de commande avec iw, lister les AP, en trouver une, s’y associer, jouer avec wpa_supplicant, etc. Pour une connexion 3G, il devient carrément indispensable.

Il y a de plus eu un large débat dans debian-devel@ldo sur le fait que Network Manager puisse être utilisé sur des serveurs. A priori, cela parait choquant mais c’est dans le domaine du possible. Je vais tenter de capitaliser dessus.

Bluetooth§

Le chipset Bluetooth est monté sur un adaptateur USB et est reconnu par le driver hci_usb. Il supporte la norme AD2P qui permet d’écouter de la musique dans les casques adéquats. Il est possible de vérifier le bon fonctionnement du chipset avec la commance hciconfig.

Le bluetooth fait partie des périphériques qu’il vaut mieux configurer avec une application graphique plutôt qu’en ligne de commande. BlueZ, la pile Bluetooth de Linux, repose énormément sur DBus pour fonctionner et les utilitaires en ligne de commande ont été dépréciés. Si vous ne voulez pas vous battre avec un binding DBus pour piloter votre dongle Bluetooth, il semble donc préférable d’opter pour un utilitaire graphique.

Le paquet gnome-bluetooth est fourni avec une applet qui assure le strict minimum mais qui permet de s’associer sans problème avec un périphérique Bluetooth. Après installation du paquet pulseaudio-module-bluetooth, le casque audio apparaît au niveau de PulseAudio.

3G§

Pour configurer la carte 3G, le plus difficile est de récupérer les firmwares adéquats. La page ThinkWiki dédiée fournie les informations nécessaires pour les obtenir. Je n’ai pas gardé le Windows qui était installé sur la machine. J’ai donc récupérés les drivers Qualcomm Gobi 2000 Wireless WAN et je les ai décompactés avec le premier Windows qui passait par là avec l’aide de msiexec. Contrairement à ce qui est dit sur le wiki, msiexec ne prend pas directement l’exécutable. Il faut l’exécuter pour obtenir le .msi.

Pour le firmware, j’ai pris celui par défaut étant donné que mon portable n’est pas SIM locké. Encore une fois, la page sur ThinkWiki explique quel firmware choisir.

Le paquet gobi-loader doit être installé pour pouvoir faire fonctionner la carte 3G. Les trois fichiers amss.mbn, apps.mbn et UQCN.mbn doivent être placés dans /lib/firmware/gobi. Ils seront alors chargés automatiquement par udev au prochain boot. Pour les charger dès mainetnant, on peut utiliser :

# /lib/udev/gobi_loader -2000 /dev/ttyUSB0 /lib/firmware/gobi

La configuration 3G peut ensuite être configurée avec Network Manager qui est très pratique pour ça. Attention à vérifier que la carte 3G n’est pas bloquée avec rfkill list.

Pour le GPS, il faut l’activer depuis Windows. Je n’ai donc pas testé cette partie.

Webcam§

Les webcams USB se sont standardisées autour du standard UVC et Linux dispose d’un driver pour piloter ce type de webcam. Il n’y a donc aucune difficulté à faire fonctionner la webcam. On vérifie que le module uvcvideo a été chargé et qu’il détecte bien la webcam :

uvcvideo: Found UVC 1.00 device Integrated Camera (5986:01a7)

On peut tester rapidement le bon fonctionnement de celle-ci avec l’utilitaire cheese.

Lecteur de cartes§

Encore une fois, il n’y a rien à faire. On insère la carte dans le lecteur et elle est tout de suite reconnue.

Mise en veille§

J’opte pour le paquet uswsusp qui permet de gérer la mise en veille en mémoire ainsi que la mise en veille prolongée. On exploite ensuite les commandes du paquet pm-utils.

La commande pm-suspend active la veille en mémoire. Le retour de veille est alors un peu fastidieux (une minute en tout). Le noyau indique :

r8169 0000:09:00.0: eth0: unable to apply firmware patch
PM: resume of devices complete after 60786.035 msecs
PM: Finishing wakeup.

L’installation du paquet firmware-realtek permet de résoudre ce problème en attendant qu’il soit résolu dans le noyau. De temps en temps, le retour de veille s’accompagne du message suivant :

[drm:i915_hangcheck_ring_idle] *ERROR* Hangcheck timer elapsed... render ring idle [waiting on 9297, at 9297], missed IRQ?

Ce message est accompagné d’un serveur X qui devient alors très lent. Passer i915.semaphores=1 comme paramètre au noyau fait disparaître ce message mais la lenteur persiste. Démarrer powertop résoud le problème ! Il s’agirait d’un problème connu.

Notons que le portable tient plutôt bien la batterie quand il est en veille. Au bout de 6 heures, il ne perd que 2% de batterie. Il est donc possible de le laisser plusieurs jours ainsi.

La commande pm-hibernate active la veille sur disque. L’hibernation se passe sans problème. Le retour d’hibernation ne fonctionne cependant pas. L’image est bien chargée en mémoire mais le système est alors freezé. Il existe un peu de documentation pour déterminer le problème mais le 2.6.39 sortant bientôt, il me semble plus simple d’attendre de voir si cela corrige le problème.

Gestion de l’énergie§

Penchons nous ensuite sur l’efficacité énergétique. L’installation du paquet cpufrequtils permet de changer le gouverneur utilisé par le processeur pour utiliser ondemand qui va descendre la vitesse du processeur de 1,33 GHz à 666 MHz lorsque celui-ci n’est pas sollicité.

Pour le reste, il y a plusieurs approches possibles :

  • L’utilisation du paquet pm-utils qui effectue un certain nombre d’actions selon les événements ACPI reçus, comme par exemple activer certaines fonction d’économie d’énergie comme le mode « laptop ». Il n’agit toutefois que sur les évènements ACPI. Donc, pas d’ajustement de la luminosité de l’écran en cas d’inactivité et pas de mise en veille en cas de longue inactivité. On peut donc y adjoindre sleepd mais je n’ai rien trouvé pour la luminosité de l’écran.
  • L’utilisation du paquet laptop-mode-tools est très similaire, mais comme pm-utils doit de toute façon être installé, cela devient un peu redondant.
  • L’utilisation de gnome-power-manager qui s’interface avec le démon upowerd. A priori, gnome-power-manager est assez léger, du moment que l’on utilise aussi un environnement graphique fortement orienté GTK. Il couvre les fonctionnalités des deux précédents mais permet aussi d’amorcer une mise en veille en cas d’inactivité et de diminuer la luminosité de l’écran.

MISE À JOUR : Jetez un œil sur mon article à propos de GNOME Power Manager sans bureau GNOME pour connaître les défauts de GNOME Power Manager quand on n’utilise pas l’environnement GNOME au grand complet.

Il semblerait que l’avenir du desktop Linux se tourne vers la dernière solution. À noter que upowerd invoque le script pm-powersave du paquet pm-utils et qu’il est donc possible d’exécuter des actions supplémentaires lorsqu’on passe sur batterie. Cela paraît donc la solution la plus complète.

Pour pm-utils, les scripts utilisés lorsqu’on passe sur batterie ou sur secteur se trouvent dans /usr/lib/pm-utils/power.d. On peut en ajouter dans /etc/pm/power.d. Il est possible de changer le comportement de certains scripts en ajoutant des fichiers de configuration dans /etc/pm/config.d. Par exemple pour activer le mode SATA ALPM, il faut mettre la variable SATA_ALPM_ENABLE à true.

Pour vérifier le bien fondé des optimisations mises en place, la commande powertop peut montrer ce qu’il reste à faire. Pour aller plus loin, le site Less Watts donne des astuces supplémentaires qu’il est possible de transformer en scripts à placer dans /etc/pm/power.d.

En laissant tout dans la configuration par défaut, il semble aisé d’atteindre cinq heures d’autonomie en ne faisant pas grand chose et quatre heures dans une utilisation plus poussée. Le constructeur annonce six heures d’autonomie.

Conclusion§

Ce Lenovo Edge semble d’un bon rapport qualité prix. Il dispose d’un équipement plutôt complet et d’un très bon clavier pour un portable de cette taille. Il n’est ni aussi fin, ni aussi léger que ce que j’aurais souhaité, mais cela reste raisonnable. Son autonomie est également assez bonne pour un portable de cette catégorie.

Le support logiciel sous GNU/Linux est très bon puisque presque tout marche sans nécessiter de configuration particulière. Il est possible que le 2.6.39 améliore les quelques points qui n’apportent pas encore satisfaction comme la mise en veille sur disque.