Quand j’ai installé mon nouveau portable, j’en ai profité pour passer de sleepd à GNOME Power Manager (GPM). La principale raison derrière ce choix était de profiter de la possibilité de réduire la luminosité de l’écran en cas d’inactivité (et économiser de la batterie). Sur le moment, il me semblait que je ne perdais rien à faire ce choix car, en coulisses, GPM utilise UPower qui utilise lui-même les utilitaires pm-suspend et pm-powersave. Il était donc possible de faire à peu près ce qu’on voulait en ajoutant les scripts adéquats dans /etc/pm.

Je ne fais pas tourner un environnement GNOME complet. J’utilise FVWM qui n’est qu’un simple gestionnaire de fenêtres. Cependant, j’avais déjà inséré des bouts de GNOME :

  • GDM pour se connecter en mode graphique car c’est le seul à savoir ouvrir proprement une session avec ConsoleKit et la rendre active. Sans cela, on se retrouve comme un étranger devant sa machine, celle-ci considérant que l’on n’a pas le droit d’interagir avec tous les périphériques que l’on a amassés au fil des années. En effet, DBus utilise comme critère principal le fait que ConsoleKit nous considère ou non physiquement devant l’écran (propriété at_console). Dans le cas contraire, il faut se rajouter à de nombreux groupes.
  • Network Manager pour gérer à la fois les connexions filaires et sans fil. Sur un portable, il est assez fastidieux de chercher les réseaux sans fil dans les environs en utilisant la ligne de commande. Une connexion 3G est très simple à configurer avec Network Manager (en tandem avec Modem Manager).
  • L’applet GNOME pour le bluetooth. La pile BlueZ n’interagit désormais que via DBus et les utilitaires en ligne de commande se font rare. Il faut donc soit utiliser ce type d’applet, soit écrire ses propres utilitaires.

Ce qui marche§

En fait, pas grand chose ne fonctionne. Quand on ferme le portable, il se met bien en veille. L’icône qui indique la charge de la batterie marche (presque) parfaitement. Le fait que la luminosité de l’écran est diminuée en cas d’inactivité fonctionne pas trop mal. Enfin, quand on utilise les touches pour régler la luminosité, on a un petit niveau visual qui s’affiche.

Ce qui ne marche pas§

Il y a rudement de choses qui ne fonctionnent pas et il semble que GPM laisse perplexe un certain nombre d’utilisateurs comme en témoignent les 115 bugs actuellement ouverts dans le BTS de Debian. Notons que gnome-power-manager peut être assez verbeux si on lui donne --verbose sur sa ligne de commande. Il ne faut surtout pas mettre --debug qui le rend muet.

Rien ne se produit quand on presse le bouton de l’alimentation§

J’avais configuré GPM pour me demander ce que je voulais faire quand j’appuyais sur le bouton d’alimentation. Je m’attendais ainsi à obtenir une boîte de dialogue me laissant le choix entre la mise en veille et l’hibernation. Mais rien. Dans le code source, on trouve ceci :

if (policy == GPM_ACTION_POLICY_INTERACTIVE) {
    GpmSession *session;
    egg_debug ("logout, reason: %s", reason);
    session = gpm_session_new ();
    gpm_session_logout (session);
    g_object_unref (session);
}

Donc en fait, GPM ne demande rien et c’est normal. Il se contente de provoquer une demande de déconnexion de la session en cours, ce qui va provoquer l’apparition d’une boîte de dialogue demandant ce que l’on veut faire, à condition bien sûr d’être dans une session GNOME classique.

Pour contourner ce problème, j’ai simplement configuré GPM pour mettre le portable en veille quand j’appuie sur ce bouton.

Pas de mise en veille en cas d’inactivité§

GPM est configuré pour une mise en veille après deux heures d’inactivité sur secteur et trente minutes sur batterie. Cela ne fonctionne pas car la détection de l’inactivité est déléguée. GPM utilise quatre variables pour déterminer son état :

  • session_idle indique si ConsoleKit pense que la sesion est inactive,
  • idle_inhibited indique qu’un programme demande à ne pas tenter d’actions en cas d’inactivité (par exemple, un lecteur vidéo qui ne voudrait pas que la luminosité de l’écran baisse toutes les 10 secondes),
  • suspend_inhibited indique qu’un programme s’oppose à la mise en veille (un lecteur de musique, par exemple),
  • x_idle indique si X détecte une activité sur le clavier ou la souris.

GPM ne considère le temps d’inactivité pour la mise en veille qu’à condition que x_idle et session_idle soient à 1 et que suspend_inhibited et idle_inhibited à 0. En ce qui concerne la luminosité de l’écran, il suffit que x_idle soit à 1 et idle_inhibited à 0.

Pour le moment, seule GNOME Screensaver semble capable de dire à ConsoleKit s’il doit ou non considérer la session comme active. XScreenSaver ne contient rien à ce sujet et xautolock et xlock que j’utilise ne savent même pas ce que c’est que DBus.

Pour contourner ce problème, on peut utiliser ces deux commandes pour indiquer à ConsoleKit que la session est inactive :

$ dbus-send --system --dest=org.freedesktop.ConsoleKit \
>   --type=method_call --print-reply --reply-timeout=2000 \
>   /org/freedesktop/ConsoleKit/Manager \
>   org.freedesktop.ConsoleKit.Manager.GetCurrentSession
method return sender=:1.6 -> dest=:1.106 reply_serial=2
   object path "/org/freedesktop/ConsoleKit/Session1"
$ dbus-send --system --dest=org.freedesktop.ConsoleKit \
>   --type=method_call --print-reply --reply-timeout=2000 \
>   /org/freedesktop/ConsoleKit/Session1 \
>   org.freedesktop.ConsoleKit.Session.SetIdleHint boolean:true          
method return sender=:1.6 -> dest=:1.108 reply_serial=2

Je comprends bien pourquoi GPM adopte ce comportement : on évite de dupliquer du code et on donne un moyen assez standard aux autres programmes d’indiquer leurs préférences. Cependant, il aurait été appréciable d’avoir pendant un certain temps une solution de secours si on n’utiliser pas GNOME Screensaver qui est la pièce maîtresse de cette machinerie.

MISE À JOUR : Des informations complémentaires sur ce point sont disponibles après la conclusion.

La luminosité n’est pas restaurée à sa valeur précédente§

Quand GPM rétablit la luminosité de l’écran sur action de l’utilisateur, il se trompe de valeur. Il semble que ce soit le bug bug #617310 qui est corrigé en amont. Pas d’investigation de ce côté.

Nombre incorrect de batteries§

Je n’ai qu’une seule batterie mais après un cycle de mise en veille, GPM pense que j’en ai deux. Peut-être s’agit-t’il d’un bug dans UPower. Ou peut-être est-ce le bug #606434. Je n’ai pas cherché plus loin. Ce bug est peut-être également annulé par le bug #456280.

Actions en cas de passage sur onduleur non configurables§

Il s’agit du bug #390602. Il se trouve que UPower supporte également les onduleurs. Dans ce cas, GPM affiche une icône adéquate et indique la charge de l’onduleur. Toutefois, il n’y a pas de possibilité de configurer ce qui doit se passer quand on est sur onduleur, notamment quand la batterie commence à se vider. Cela semble être un problème d’interface car les réglages sont disponibles via gconftool-2. On y trouve les variables low_ups et critical_ups.

De plus, l’icône de l’onduleur n’apparaît qu’après un cycle de mise en veille. Je n’ai pas cherché plus loin vu que le problème ne paraît pas très important.

Conclusion§

Il s’avère que GPM n’est pas si buggué mais il faut le faire tourner dans un environnement GNOME complet. Petite disgression. On voit arriver sur nos bureaux tout un tas de technologies intéressantes, telles que UPower et ConsoleKit, via l’initiative freedesktop.org. Elles sont implémentées dans GNOME (et je suppose également dans KDE) car ils ont plein de monde pour suivre ce qui se passe mais toutes les alternatives peinent à suivre derrière en raison du manque de documentation sur ce qu’il faut faire pour supporter de telles technologies.

MISE À JOUR : J’ai obtenu dans les commentaires quelques pistes très intéressantes. En gros, il y a deux solutions possibles :

  1. Utiliser xfce4-power-manager. Le contrôle de la luminosité y est mieux géré et il n’y a pas besoin de programmes supplémentaires pour détecter l’inactivité de la session. Il faut toutefois toujours un gestionnaire de session si on désire être interrogé sur l’action à effectuer quand on appuie sur le bouton d’alimentation. Le seul soucis avec cette solution, c’est que vous ajoutez des bouts d’un autre environnement de bureau au votre. Vous aviez déjà des bouts de GNOME, vous voilà avec des bouts de XFCE. Cette solution a été proposée par Sylvain Collilieux.

  2. Utiliser gnome-session, gnome-screensaver et garder gnome-power-manager. Comme indiqué par Julien Valroff, gnome-screensaver a en plus besoin de gnome-session pour détecter l’inactivité. Cependant, gnome-session va démarrer une session complète GNOME. Encore une fois, il y a alors deux solutions. La première est de remplacer gnome-session par quelque chose de plus léger fournissant le minimum vital pour satisfaire gnome-screensaver. Une autre possibilité est de configurer gnome-session pour démarrer votre environnement favori.

Je démarre le mien à l’aide de ~/.xsession et j’ai donc fini par le réécrire comme ceci :

# If not done, restart ourself with gnome-session
if [ -z "$SESSION_MANAGER" ]; then
    [ -d ~/.config/autostart ] || mkdir ~/.config/autostart
    rm -f ~/.config/autostart/*
    cat <<EOF > ~/.config/autostart/xsession.desktop
[Desktop Entry]
Name=Xsession
Comment=Start .xsession
Exec=$(readlink -f $0)
Type=Application
X-GNOME-Autostart-enabled=true
EOF
    exec gnome-session --autostart=$HOME/.config/autostart
fi
# Otherwise, keep starting stuff
# [...]
exec fvwm-crystal